le Kairos » Combattre la précarité, Comprendre la crise, Economie, Vaincre le chômage

Stéphane Hessel et Pierre Larrouturou : « Comment dire l’urgence ? »

1 avril 2011 lu 7 349 fois 5 commentaires

Crise sociale, crise financière, crise écologique. Comment dire l’urgence ? Comment trouver les solutions ?

Comment se faire entendre par le plus grand nombre ? Stéphane Hessel et Pierre Larrouturou se sont retrouvés samedi 26 mars sur les bords du canal St Martin à Paris, dans une atmosphère chaleureuse, pour dialoguer avec la salle sur ces questions essentielles. Il y a un an déjà, Pierre Larrouturou rencontrait Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, Eva Joly, député européenne, Edgar Morin, philosophe, lors d’une première réunion de travail, pour expliquer que la crise n’était pas une parenthèse, qu’elle était plus grave que ce que l’on voulait bien dire. Aujourd’hui encore, le débat s’est ouvert sur un constat : En deux ans, le nombre de chômeurs a augmenté de 1 200 000 personnes.

> Télécharger le compte-rendu du débat (pdf)

Ces articles pourraient également vous intéresser :

  1. Pierre Larrouturou : « faire évoluer notre contrat social »

5 Commentaires »

  • franlug said:

    Répondre à la question, c’est afficher les valeurs les plus susceptibles de faire réagir. C’est afficher la valeur de la justice par exemple: elle me parait la plus universelle et la plus largement partagée.
    Attention, la peur n’apporte que l’lnhibition. Dire qu’il y a urgence pour sauver l’humanité, c’est illusoire. Tout juste, faut-il oeuvrer pour que nos enfants puissent vivre aussi bien que nous.
    Parlez de la justice à rétablir. Réagir face aux diktats des possesseurs ou créateurs d’argent, c’est toucher les gens de droite comme de gauche.
    Dans l’analyse des causes de la crise, allez plus loin que la recherche de la productivité. Que la productivité soit la cause du chomage, c’est une analyse succinte. La cause profonde, c’est la cupidité. La recherche de la productivité, c’est l’élimination des tâches répétitives, c’est une meilleure organisation. La volonté de mieux faire, c’est louable, non pas dans l’objectif de profit mais du mieux être pour tous, pour une plus grande justice.
    L’adhésion au changement passe par la prise de conscience de l’injustice. A partir de celle-ci, progressivement, les mentalités vont changer et lentement les valeurs présentes après la deuxième guerre mondiale (justice sociale…) vont réapparaitre au dépens des valeurs néo-libérales (individualisme…), la valeur d’égalité contre la valeur de liberté.

  • Drac said:

    Sur la page d’accueil vous devriez plutôt écrire : « Qu’es aquò ? »
    http://www.panoccitan.org/diccionari.aspx?diccion=aquò&lenga=oc

  • Josee92 said:

    Vous dites vrai – c’est depuis 1981 l’arrivé des socialistes qe nous avons des dettes – avant nous n’en avions pas – Avec les socialistes c’est les taxes + on vide les caisses – Merci de dire la verité pour une fois messieurs

  • Siaz said:

    Ne serait-ce pas plutôt le choc pétrolier et la crise engendrée par la hausse des taux d’intérêt qui a plongé l’Europe dans la difficulté financière ?

    Dépassons le livage gauche/droite pourrait certainement apporter beucoup au débat…

    La gauche au pouvoir dans les années 80 a certainement fait de mauvais choix, mais par exemple la mise en place du programme Tchatcher en angleterre n’a pas forcément amélioré l’état économique de ce pays !

    Trouvons des alternatives au capitalisme tel qu’il fonctionne actuellement, plutôt que d’accuser le voisin… relevons le niveau !

  • baillergeau said:

    Pour les gens qui sont très bas, plus bas que nous savons, là où l’humanité peut ne plus être humaine, on va leur dire payer alors qu’ils sont ailleurs.

    http://legueduyabboq.blog.lemonde.fr
    Je suis le maleureux trésorier d’une modeste association qui vient en aide aux plus pauvres de notre très florissante société.

    Demain, les produits de la Banque Alimentaire leur seront distribués par les bénévoles de l’association, Entraide Protestante, à condition que nous trouvions 1.500 à 2.00 €/an pour agir.

    Les pauvres n’ont qu’ à payer, ça les RESPONSABILISERA !

    Ils vont payer…..et nous allons accepter que ceux qui n’ont veritalement rien, payent ? Personne ne réalise ce que cette phrase veut dire « et nous allons accepter que ceux qui n’ont véritablement rien, payent ? »

    L’interruption de la spéculation est impossible ?

    Les paradis fiscaux sont incontrolables ?

    La toutes puissance des banques ne peut pas cesser ?

    Les gens qui marchent dans le bon sens et qui seront toujours écrasées, par un coup de grizou, de temps en temps…..

    Reste une longue marche qui veut que ça soit autrement….heureusement, il y a Chostakovitch et Itzhak Perlman pour aider en chemin, en nous tenant la main…

Qu'en pensez vous ?

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.


Fatal error: Call to undefined function show_subscription_checkbox() in /home/users4/p/plkairos/www/lekairos/wp-content/themes/arthemia/comments.php on line 107