le Kairos » Combattre la précarité, Economie, Points de vue, Vaincre le chômage

Pierre Larrouturou : « faire évoluer notre contrat social »

15 février 2010 lu 5 890 fois 8 commentaires

8 Commentaires »

  • daniele.calvet said:

    J’ ai déjà eu le plaisir de profiter des idées avancées de monsieur Larrouturou .j »ai ses référence dans ‘mes contacts’ c’est un début .
    Avoir des idées c’est bien , surtout si elle préconisent un équilibre « mondial  » ; la réappropriation » des moins nantis  » du terrain politique !
    Il est obligé que les ‘gens ordinaires ‘s’impliquent dans la conquéte d »un équilibre !
    Pour madame Joli ( veuillez j’ai l’impression d’ écorcher l’hortographe de son nom , mais je suis novice en internet et si je change la page ,vais tout zapper ) depuis qu’elle fait preuve de courage à lutter contre le mensonge , la corruption , les détournements , sa pugnacité est un gage de réussite .
    La grosse boule de neige démarre petit : : ne pas laisser fondre !
    merci à vous tous
    ;j »aimerais comme monsieur Morin çetre aussi combative dans treize ans .La lutte des quidams de mon espèce est bien infime , mais c’est cela la boule de neige !

  • PETITET said:

    Depuis maintenant plusieurs années, depuis notre renconte je soutien la démarche.

    Les 4J, le sens de l’histoire.

    A mon sens pour que cela prenne une véritable ampleur et que nous repoussions, cette maladie de longue durèe qu’est le chomage,nous devons également introduire les notions de formation, d’accompagnement et de transfert du savoir ainsi qu’une beaucoup plus grande souplesse de toutes et tous à l’égard d’ouverture des entreprises le dimanche.

    Les nouvelles générations n’ont pas le même regard sur ce 7 ème jour et trouvent curieux de ne pas pouvoir se rendre à la pharmacie, à la banque où encore à la poste.

    L’innovation, moteur social.

  • Bied said:

    J’ai fait parti du mouvement la semaine de 4 jours au début de sa constitution, je suis aujourd’hui un cap21 fidèle.

    En 1975, j’ai écrit un mémoire socioéconomique dans mon avant-dernier année d’écoles d’ingénieurs sur la réduction de la durée du travail, le partage des rémunérations, la polyvalence dans les ateliers de production, facilités par les nouveaux moyens de communication. Avouez que ce mémoire était d’actualité.

    Pierre Larrouturou a mis des chiffres sur ce raisonnement, qui reste plus que jamais une alternative au travailler plus pour gagner plus, qui se transforme d’ailleurs le plus souvent en travailler autant ou plus pour gagner moins.

  • francis said:

    je viens d’écouter pierre larrouturou,
    je ne suis pas d’accord pour tout miser sur la réduction du temps de travail. la remise en cause de notre modèle social doit aller plus loin, et concerner, me semble t il le cadre de travail, les conditions de travail, et la nature même de l’entreprise. développer l’entreprise citoyenne, sociale et solidaire, qui prend le travail comme un outil de production modérée de biens et services, de satisfaction des clients, de rémunération nécessaire des capitaux, et de valorisation autant que faire se peut, ad libitum, des hommes…
    « socialisme de l’émancipation… »
    pas facile

  • Bied said:

    Pierre ne dit pas qu’il faut tout miser la dessus. Il dit simplement que c’est un outil déclenchant beaucoup de choses en aval. Je suis d’accord qu’il faut attaquer l’ensemble des sujets que vous décrivez.

    Cependant, regardons l’évolution de notre société sur plusieurs générations. Il n’y a pas si longtemps, sur un ménage, seul un membre travaillait. Sur une longue période, il y a plus de gens au travail dans le monde et la productivité a explosé. La notion de partage du travail est donc d’actualité, n’en déplaise à Monsieur Sarkozy.

    Cette nouvelle donne de la démographie du travail peut être destructrice si la compétition devient âpre, elle peut être bénéfique si nous inventons une société de coopération.

  • Pharmacie said:

    Je suis d’accord avec les avis precedents

  • Lambda said:

    D’accord avec Pierre sur beaucoup de constats de « pour éviter le Krach financier ».

    Il me semble qu’il faut dire et redire en priorité au citoyen non économiste et terrifié à l’idée que le politique soit impuissant / économique :

    1- ce sont des décisions politiques qui ont débridé le néolibéralisme et ses conséquences actuelles, et d’autres décisions politiques peuvent le maîtriser.

    2- le citoyen pense courrageux de se serrer la ceinture quand ça va mal : il doit saisir l’habileté de communication de la droite néolibérale à jouer l’image du geste courrageux et responsable, alors que ses actes sont tout le contraire de la solution, mais la cause. Dénoncer l’enfumage est primordial, les Français citoyens comme journalistes ayant une très faible compétence en économie…

    3- les chiffres réels de temps de travail et de productivité en Europe. Meilleur argument populaire / RTT à reprendre, qui a beaucoup plus une image de cadeau empoisonné que de solution aux racines du mal, malheureusement.

    Je souhaite être mis en contact avec PL à propos de son rôle pilote des Etats Généraux de l’emploi de EELV; merci de prendre contact.

  • GOLETTO said:

    Cadre supérieur, au moment de la mise en place des 35h nous nous sommes tous fait avoir en acceptant le blocage de nos salaires durant 5 ans dans le groupe que dirigeais J8M.
    OK pour les 32h mais sans diminution ou blocage de salaires !

Qu'en pensez vous ?

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.


Fatal error: Call to undefined function show_subscription_checkbox() in /home/users4/p/plkairos/www/lekairos/wp-content/themes/arthemia/comments.php on line 107