le Kairos » Combattre la précarité, Dossier, Economie

La croissance n’est plus la solution (1/3)

12 février 2010 lu 4 140 fois 1 commentaire

1974-2010. Trente-six ans que le chômage est à la Une de l’actualité !

36 ans que, dans tous nos pays, le chômage et la précarité ne cessent d’augmenter. Et depuis 36 ans, la plupart des dirigeants affirment que la croissance va bientôt revenir et va nous permettre de sortir du chômage.

Vus les gains de productivité réalisés chaque année, on sait qu’il faut 2,5 ou 3 % de croissance pour que le besoin de travail augmente dans l’économie. Si l’on ne veut pas créer seulement des petits boulots à 12 heures par semaine, si l’on compte sur la croissance pour créer de « vrais emplois », il faut une croissance qui se maintient pendant longtemps au dessus de 3 %.

La courbe ci-dessous permet de mesurer l’évolution de la croissance sur les 50 dernières années. Avant même qu’éclate la crise des subprimes, était-il vraiment sérieux de croire au retour de la croissance ?

Depuis 36 ans que le chômage augmente, les politiques qui misent sur le retour de la croissance sont enfermées dans un cercle vicieux : on attend le retour de la croissance et, en attendant qu’elle revienne, on laisse augmenter le nombre des chômeurs, des petits boulots et des petits salaires. Mais, évidemment, la multiplication de ces petits boulots et de ces petits salaires pèse sur la croissance. Quelqu’un qui travaille 12 heures par semaine et gagne 400 ou 500 euros par mois peut difficilement consommer comme s’il avait un vrai travail et un vrai salaire. Du coup, la croissance ralentit encore…

Le serpent se mord la queue : on compte sur la croissance pour sortir de la crise sociale, mais comme la croissance n’est pas au rendez-vous, la crise sociale s’aggrave et la croissance ralentit encore…

L’évolution de la croissance est la même depuis 40 ans dans toute l’Europe et le taux de croissance moyen que nous connaissons depuis 2001 (1,6 % seulement) est exactement le même pour l’ensemble de la zone euro.

Avec Sarkozy, tout est possible

« D’accord, d’accord ! diront certains. Si l’on regarde ce qui s’est passé depuis 45 ans et si l’on regarde toutes les économies qui tombent en récession les unes après les autres, on peut douter d’une stratégie fondée sur le retour de la croissance. Mais Nicolas Sarkozy n’est au pouvoir que depuis deux ans. Il faut lui laisser sa chance ! »

Oui, bien sûr « Avec Nicolas Sarkozy, tout est possible » affirmaient ses affiches pendant la campagne. Mais avouez, chers amis sarkozystes, que, depuis deux ans, Nicolas a les mains libres et qu’il ne fait rien de très convaincant.

Et ce n’est pas la première fois que Sarkozy arrive au pouvoir et qu’il déçoit. Entre 1993 et 1995, Nicolas Sarkozy est Ministre du Budget. Malgré un volume record de privatisations (et donc de ressources exceptionnelles), le déficit public atteint un record absolu : 4,4 % du PIB ! Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas bon gestionnaire.

Pour « relancer la croissance« , Nicolas Sarkozy aime les idées-choc qui ont des effets immédiats : en 1994, il invente les Balladurettes, qui ont relancé le marché automobile pendant 6 mois avant qu’il ne commence à régresser début 1995… En 2004, Ministre de l’Economie, il rédige une loi permettant aux salariés un déblocage anticipé de l’épargne salariale. Beaucoup d’économistes s’interrogent sur la pertinence de la mesure : peut-on demander aux gens d’épargner davantage pour préparer leurs retraites et, dans le même temps, les inciter à casser leur épargne salariale ? Ce -léger- problème de cohérence ne suffit pas à faire douter le Ministre qui impose sa loi. La loi est votée au mois d’août 2004 et elle permet aux salariés de débloquer leur épargne salariale jusqu’au 31 décembre de la même année. En janvier 2005, Nicolas Sarkozy n’est pas peu fier d’en commenter les résultats : la croissance a bondi à 0,6 % au dernier trimestre 2004 ! Hélas, début 2005, la croissance n’est plus que de 0,1 % et devient carrément négative au 2ème trimestre 2005 !

« Les Français veulent du concret » aime à dire le Président. Il leur donne du concret. Pas forcément du durable. Les Baladurettes ont duré 6 mois. Le déblocage de l’épargne salariale a boosté la croissance pendant 3 mois… On attend avec impatience la prochaine « grande réforme » de Nicolas Sarkozy.

On a vu plus haut que tous les pays qui ont mis en œuvre des politiques libérales n’ont relancé la croissance qu’au prix d’une augmentation considérable de la dette des ménages. C’est bien ce que voulait faire Nicolas Sarkozy en France.

« En France, l’Etat est trop endetté, mais les particuliers ne le sont pas assez.

Culpabiliser les acteurs économiques sur l’endettement est une erreur grave car un pays qui n’emprunte pas pour investir est un pays qui ne croit pas à son avenir.

Je veux développer le crédit hypothécaire en France.

C’est ce qui a permis de soutenir la croissance économique aux Etats-Unis. »

Nicolas Sarkozy

Les Echos – 9 novembre 2006

C’était l’une des idées fortes de sa campagne en 2006. Mais, depuis qu’a éclaté la crise de la dette, notre Président est plus discret dans sa volonté de développer le crédit hypothécaire en France…

Certes, me dira-t-on, « Sarkozy est nul et n’a rien compris à l’économie« , mais dans les années Jospin, la France a connu une croissance forte et le nombre de chômeurs a fortement diminué « Un million de chômeurs en moins » affirmaient les tracts du PS durant la campagne de 2002. N’est-ce pas la preuve que la croissance reste le moyen le plus efficace de combattre le chômage ?

Lire « La croissance n’est plus la solution (2/3) »

Ces articles pourraient également vous intéresser :

  1. La croissance n’est plus la solution (3/3)
  2. La croissance n’est plus la solution (2/3)

Un Commentaire »

  • Tietie007 said:

    La croissance aujourd’hui est une sorte de serpent de mer de la vie politique française …même Hollande, hier soir, parlait d’une relance de la croissance pour résorber le chômage …

Qu'en pensez vous ?

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.


Fatal error: Call to undefined function show_subscription_checkbox() in /home/users4/p/plkairos/www/lekairos/wp-content/themes/arthemia/comments.php on line 107