le Kairos » Combattre la précarité, Comprendre la crise, Economie, Evènement

Comment faire naître une nouvelle société ?

11 février 2010 lu 4 445 fois 9 commentaires

Débat organisé le samedi 13 février 2010

à l’initiative d’Eva JOLY,

Députée européenne, Présidente de la Commission du Développement
et membre de la Commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen

Téléchargez le support de l’ intervention de Pierre LARROUTUROU (pdf)

Ces articles pourraient également vous intéresser :

  1. Pierre Larrouturou : « faire évoluer notre contrat social »

9 Commentaires »

  • GHEHIOUECHE FARId said:

    Bonjour Pierre,

    Merci pour cette contribution salutaire, en espérant que ce ne soit là que le début d’une longue série d’interventions publiques qui permettront de changer les rapports de forces sociaux et politiques.

    Nous en avions brièvement parlé de vive voix, mais voici les questions que j’ai tenté de poser via l’interface internet, et qui malheureusement n’ont pas été reprises.

    Quel est ton avis ? As-tu déjà travaillé sur la question du rapport à l’économie souterraine ? Que penses-tu des solutions que ce collectif Cannabis Sans Frontières préconise pour en finir avec l’hypocrisie ?

    Mes deux questions :

    Mr Sitglitz, Mme Joly,

    Mr Costa, DG de l’UNODC (Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime) a déclaré que des banques avaient été renflouées par l’argent sale issu du trafic de drogues, et que cela avait atténué les effets de la crise financière ; n’est-ce pas l’aveu que l’économie mondiale est gangrénée par les organisations criminelles, minant à la base la démocratie au profit des dirigeants ? Faut-il sortir de la prohibition des drogues ? La légalisation est-elle une solution ?

    M. ATTALI estime qu »il y a dans l »économie mondiale, une partie dangereuse est constituée par de l »économie « amorale » ; celle du trafic de drogues. Pensez-vous que pour assainir cette situation il faudrait tolérer l »usage de drogues, et légaliser la production, la distribution et la consommation afin de séparer les marchés et améliorer la prévention ? n-y-a-t-il pas une opportunité pour la paix et la justice sociale, le développement des pays du sud si l’on sortait de la prohibition ?

    Merci pour le temps que tu prendra pour formuler une réponse.

    Salutations écolos,
    FARId

  • Lise Medini said:

    Débat de haut niveau, excellente présentation d’Éva Joly, interventions très intéressantes des invités dont j’ai beaucoup appris.
    Dommage qu’à la fin, les temps de parole aient obligé certains intervenants à précipiter le rythme de leur élocution.
    J’ai suivi en streaming avec 10.000 internautes! Je souhaiterais que soient publiées toutes nos questions et suggestions sur les thèmes de « comment éviter la rechute et faire naître une nouvelle société », elles doivent témoigner de la créativité populaire sur des questions qui nous concernent tous.
    Je suggère aussi qu’à une prochaine occasion, 2 ou 3 questions ou suggestions d’internautes soient choisies ou tirés au sort et amenées dans le débat afin d’accentuer l’interactivité.
    Merci à Éva Joly, aux intervenants, à Europe Écologie et à Le Kairos d’avoir rendu cet évènement possible, et bisous à tous les 999.999 amis internautes qui l’ont soutenu et validé par leur présence silencieuse de la part de la dix millième
    Lise Medini

  • bolard said:

    Il est vrai, particulièrement pour les « subprime » que l’explosion de l’endettement a compensé la baisse des revenus salariaux, mais cette baisse a pour cause la recherche d’une rentabilité toujours croissante des capitaux et nous retrouvons là , la finance.
    Il n’y a pas de solution sans changement radical, impliquant une régression de l’individualisme égoÏste; une prise de conscience majoritaire de l’interdépendance des individus y compris de celle leurs performances individuelles.
    Actuellement, il semble impossible d’agir internationalement, les intérêts sont trop divergents.(voir le problème de la Grèce, largement médiatisé pour vraisemblablement faire accepter la casse générale des services publiques au nom de l’équilibre budgétaire). Il faut instaurer aux frontières des taxes compensant
    les différences de niveaux de salaires , de protection sociale et de fiscalité ( concurrence non faussée! ) ; contrôler les mouvements de capitaux; retrouver la souveraineté monétaire en supprimant l’indépendance des banques centrales et en renationalisant les banques; créer des emplois utiles dans l’éducation , dans la santé, dans la réactivisation du lien social et bien sur dans les nouvelles énergies.

  • hpmm said:

    Génial !
    La retranscription ?
    La possibilité de repasser la vidéo à la demande ?

    Merci pour tout, on avance.

    hpmm

  • Thomas MAZIERE (author) said:

    Bonjour,

    Oui, il est prévu d’avoir la vidéo en ligne et à disposition, assez rapidement.

    Cordialement,

  • Lise Medini said:

    Ma question :
    Peut-on concevoir une nouvelle société sans s’interroger sur les causes fondamentales de la souffrance qui accable la plus large partie de l’humanité: le rejet des différences débouchant sur le racisme, l’égoïsme qui refuse tout partage, la cupidité, l’ambition et leur corollaire la compétitivité etc. Une éducation capable de développer les consciences n’est-elle pas l’un des remèdes voire le principal à même de guérir notre société affectée par l’ignorance?

  • Vivre simplement said:

    Merci pour votre initiative, je vous soutiens à fond. Merci pour la mise en ligne de la vidéo, ça doit demander beaucoup de travail mais ça en vaut le coup.
    Amitiés solidaires.

  • Thomas MAZIERE (author) said:

    Bonjour,

    Vous pouvez désormais retrouver le compte-rendu de ce débat :

    /2010/02/22/compte-rendu-du-debat-du-13-fevrier-introduction/

  • Geneviève said:

    Bonjour
    merci pour ce beau travail. Sur le point du diagnostic, je fais les commentaires suivants :
    Ok pour mettre en évidence la progression formidable de la productivité qui amène à moins d’emplois.
    Sur l’aspect de l’endettement, par contre, il n’est pas uniquement lié à la faiblesse des salaires et à l’inégalité croissante des richesses. L’endettement public de l’Etat a démarré en France dans le milieu des années 70 quand le gouvernement a pris la décision de ne plus créer sa propre monnaie pour financer ses investissements mais de devoir emprunter (avec intérêts !) sur les marchés. Cette décision doit être annulée, ce qui ne sera pas simple car maintenant cela concerne toute l’Europe, ce mode de fonctionnement est inscrit dans le traité de Maastritch. Cela a été la source principale de l’appauvrissement de l’Etat et des décisions qui en découlent en termes d’emplois publics et de dégradation du service public.
    Autres éléments du diagnostic :
    - l’inégalité croissante des richesses car le rapport de force entre les riches et les autres était basé sur le travail et que maintenant cet atout du travail a perdu énormément de poids ;
    - une mutation profonde est en cours : dans les valeurs, la vision du monde, la conception de la richesse… il faut en tenir compte pour nos réflexions. Cf le livre « Surgissement d’un nouveau monde » de Marc Luyckx Ghisi.

Qu'en pensez vous ?

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.